Nethumanitaires

Moboona

la plateforme web mobile solidaire

La plateforme web mobile solidaire (ouverture prochainement)

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 6 375 autres abonnés

Acted emploi

Emploi Unicef

Devenir ami sur Facebook

Restez infomé de nos thématiques archivés

Follow Nethumanitaires on WordPress.com

Appel à projet – Trophée solidaire 2015-2016

Trophée solidaire 2015-2016

MOOC « Se former pour l’accompagnement à la scolarité

trophées solidaires

Soutenir l'UNHCR

Soutenir UNHCR

Soutenir le PAM

Soutenir le WFP

Soutenir l'UNICEF

Soutenir l'UNICEF

Soutenir la FAO

Soutenir la FAO

Soutenir l'ONUSIDA

Soutenir l'ONUSIDA

Soutenir l'OIM

Soutenir l'OIM

Financement participatif

Lste des sites de financement participatifs

Le CDD-CI sensibilise et forme les Jécistes du diocèse de Grand-Bassam sur leur contribution dans l’atteinte des Objectifs de Développement Durable (ODD).


A l’occasion de l’organisation de son camp de formation annuel, le Bureau Diocésain de la Jeunesse Etudiante Catholique (JEC) de Grand-Bassam a placé au cœur de son activité la gestion de l’environnement et la promotion du développement durable.

Ainsi, le samedi 06 Aout 2016 fut la date choisie par le comité d’organisation pour la tenue d’un panel réunissant trois (03) panelistes intervenant sur différentes thématiques : (i) « L’encyclique du Pape François sur la préservation de l’écologie, quelles responsabilité sociétale et chrétienne pour le Jéciste ? » ; Thème animé par le Père Jacques AHIWA Vicaire Général à l’évêché de Grand-Bassam.  (ii) « la notion de préservation de l’environnement et du développement durable » ; animé par Monsieur Olefongo DAGNOGO, enseignant de biologie à L’INFAS et (iii) « la participation des jeunes dans l’atteinte des Objectifs de Développement Durable (ODD) » ; animé par Monsieur Anicet Durand OBOUE Président Fondateur du Club du Développement Durable de Côte d’ Ivoire (CDD-CI).

C’est le Centre Jean Paul 1er de Kodjoboué / Bonoua (Côte d’Ivoire) qui a abrité cette activité. Elle a enregistrée la présence de plus de 230 jeunes ivoiriens et ghanéens qui ont été sensibilisé sur leur responsabilité dans la gestion de l’environnement et l’atteinte des ODD.

Pour ce qui concerne le rôle des jeunes dans l’atteinte des ODD, M. Anicet Durand OBOUE qui avait la charge d’instruire les jeunes sur ces questions a d’abord présenté le contexte de l’élaboration des ODD ensuite présenté les ODD et enfin donné la contribution des jeunes dans l’atteinte de ODD.

A l’entame de sa communication, M. OBOUE a rappelé que la mise en place des ODD fait suite à la mise à termes des Objectifs du Millénaires pour le Développement (OMD). En effet, les OMD, mis en place en 2000 étaient à leur terme en 2015. Il a signifié que ces objectifs ont certes connu des succès mais ont présenté des insuffisances que les nouveaux objectifs mondiaux (ODD) se doivent de combler. De façon spécifique, ces insuffisances étaient portées sur le fait que les OMD étaient beaucoup plus focalisés sur les pays et les régions en développement, les OMD constituaient plus un agenda social et aussi, ces objectifs sont menacés par les effets du changement climatique qui reste l’un des défis à relever par le monde entier.

Abordant, la question des nouveaux objectifs mondiaux (ODD), l’intervenant a signifié que, ces objectifs au nombre de 17 ainsi que le nouveau programme de développement durable à l’horizon 2030 ont été adopté en Septembre 2015 lors du sommet organisé par les Nations Unies.

Ensuite, de Novembre à Décembre 2015, s’est tenue la COP21 qui fut un évènement majeur qui a réuni les délégués de 195 pays du monde. Cette conférence  à aboutir à un accord crucial sur le changement climatique.

Ces objectifs sont les suivants :

1- Eradication de la pauvreté : sous toutes ses formes et partout dans le monde,

2- Lutte contre la faim : éliminer la faim et la famine, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir une agriculture durable,

3- Accès à la santé : donner aux individus les moyens de mener une vie saine et promouvoir le bien-être de tous à tous les âges,

4- Accès à une éducation de qualité : veiller à ce que tous aient accès à l’éducation et promouvoir des possibilités d’apprentissage de qualité dans des conditions équitables tout au long de la vie,

5- Égalité entre les sexes : parvenir à l’égalité des sexes en autonomisant les femmes et les filles,

6- Accès à l’eau salubre et l’assainissement : garantir l’accès de tous à des services d’approvisionnement en eau et d’assainissement et assurer une gestion durable des ressources en eau,

7- Recours aux énergies renouvelables : garantir l’accès de tous à des services énergétiques fiables, durables et renouvelables à un coût abordable,

8- Accès à des emplois décents : promouvoir une croissance économique soutenue, partagée et durable, le plein emploi productif et un travail décent pour tous,

9- Innovation et infrastructures : mettre en place une infrastructure résistante, promouvoir une industrialisation durable qui profite à tous et encourager l’innovation

10- Réduction des inégalités : réduire les inégalités entre les pays et en leur sein

11- Villes et communautés durables : créer des villes et des établissements humains ouverts à tous, sûrs, résistants et durables,

12- Consommation responsable : instaurer des modes de consommation et de production durables,

13- Lutte contre le changement climatique : prendre des mesures d’urgence pour lutter contre les changements climatiques et leurs répercussions,

14- Protection de la faune et de la flore aquatiques : conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines aux fins du développement durable,

15- Protection de la faune et de la flore terrestres : préserver et restaurer les écosystèmes terrestres, en veillant à les exploiter de façon durable, gérer durablement les forêts, lutter contre la désertification, enrayer et inverser le processus de dégradation des terres et mettre fin à l’appauvrissement de la biodiversité

16- Justice et paix : promouvoir l’avènement de sociétés pacifiques et ouvertes aux fins du développement durable, assurer à tous l’accès à la justice et mettre en place, à tous les niveaux, des institutions efficaces, responsables et ouvertes ,

17- Partenariats pour les objectifs mondiaux : revitaliser le partenariat mondial au service du développement durable et renforcer les moyens de ce partenariat.

Comment donc les jeunes doivent-ils contribuer à l’atteinte des ODD ? Pour répondre à cette interrogation, M. OBOUE a signifié que le premier réflexe des jeunes est de connaitre les ODD et les nouvelles problématiques mondiales. Ensuite croire que ces menaces restent des problèmes pour le monde. Puis, ils doivent passer à l’action par la sensibilisation et la mise en place  de projets innovants s’inscrivant dans l’atteinte des ODD.

Les participants dans l’ensemble ont montré leur satisfaction après la communication qu’ils ont jugée instructive. Ils ont également prononcé leur engagement  à mener des actions  pour l’atteinte des ODD.

Après la communication, les panélistes ont procédé à une action de planting d’arbre au sein du centre qui a abrité l’activité. L’opération qui visait à montrer aux jeunes les bienfaits des arbres en particulier et de la forêt en général dans l’équilibre de la nature. Ainsi, chacun des 230 campeurs  a pu laisser une marque ingénieuse à la nature en plantant des arbres.

C’est par cette opération de planting que la séance de sensibilisation et de formation pris fin.

Anicet Durand OBOUE

ALEXIS ADOU – L’IMPORTANCE CAPITALE DE LA CONVENTION RELATIVE AUX DROITS DE L’ENFANT (CDE) EN MILIEU SCOLAIRE.


Les différentes crises et conflits qu’a connu la côte d’ivoire ont fragilisé l’éducation nationale surtout, elles ont beaucoup affecté les élèves, lycéens et étudiants qui s’y trouvent et voir même chamboulé le système éducatif ivoirien. Le Non-respect des droits élémentaires, les violences, l’ignorance du personnel éducatif et enseignant sur la question des droits de l’enfant et voir la méconnaissance du carré disciplinaire (civisme) ont développé psychologiquement et moralement des comportements qui ne laissent aucun choix aux enfants et jeunes à la recherche d’un repère dans une société en perpétuelle reconstruction due aux guerres en côte d’ivoire. C’est dans cette problématique que le COLLEGE PROSPER MERIMEE s’inscrit en mettant en place, une plate-forme d’enseignants et d’élèves qui voudraient bien participer à l’éducation d’un citoyen nouveau, modèle d’une société où la violence, le respect des droits humains, l’immoralité, les abus sexuels et biens d’autres sont leur quotidien. A travers les activités socioéducatives et culturelles animées par les clubs culturels et artistiques scolaires, celles-ci permettront à la plate-forme « Droit de l’enfant », de contribuer à la sensibilisation et aux renforcements de capacité des enseignants et élèves sur la question du respect des droits de l’enfant dans le système éducatif ivoirien par l’appui du Réseau Action, Justice et Paix (RAJP).

CONTEXTE ET JUSTIFICATION
Plus de dix ans de guerre écoulée, la Côte d’ivoire reste toujours plongée dans une société de dépravations des mœurs, de violences, de pertes des valeurs morales, de non-respect du civisme et de la citoyenneté ainsi que l’adoption d’une culture de violence, conséquences de crises passées. Au regard de tous ces tars, il est primordial de trouver une solution adéquate pour palier à la culture de violence et de non-respect des droits humains qui prend de l’ampleur dans les Universités, écoles, collèges et lycées. Aujourd’hui les élèves et étudiants non plus de repère en ce sens que les fautes graves (meurtres, viols, rébellion etc.) restent toujours impunis et sont devenus les normes d’une nation en reconstruction et qui se veut émergente d’ici 2020. Le club droit de l’homme dans ses actions, de protection des enfants et de la jeunesse compte utiliser une méthodologie flexible, efficace et pratique pour contribuer à la sensibilisation et l’éducation des droits de l’enfant au sein de son établissement qui doivent susciter des intérêts vrais et une motivation chez les jeunes élèves, décideurs de demain d’avoir un idéal de vie basé sur le respect des droits humains mais aussi créer un monde d’artisans de paix. Notre objectif majeur pour ce projet est de promouvoir et de respecter effectivement le droit de l’enfant à l’école en privilégiant un cadre de vie adéquate pour un développement harmonieux dans lequel les enfants et les jeunes sont eux même les acteurs de leur éducation. Ce projet s’inscrit dans le champ d’actions du Réseau Action, Justice et Paix (RAJP), une coalition de jeunes leaders venant de différentes organisations qui se sont donné mission pour la recherche d’une paix durable en disant « NON aux violences et aux manipulations ». Ces activités extrascolaires (chants, poème, slam, photos, films documentaires et pièces théâtrales) proposées pour le changement de mentalité, de la prise de conscience effective par les élèves, du personnel éducatif et enseignant à travers des activités de promotion et d’éducation des droits de l’enfant organisées par eux même en milieu scolaire pourront avoir un impact positif si cela est soutenu et suivi par le ministère de l’éducation nationale et par tous. Pour se faire le club droit de l’enfant avec l’appui de l’ONG, Réseau-Action, Justice & Paix (RAJP), compte ainsi inculquer de manière pratique une culture des droits de l’enfant et du jeune, de même qu’une culture entrepreneuriale et de prévention de violences au sein des établissements et universités à travers des forums d’échanges, des activités socioéducatives et culturelles. Le contexte de ce projet nécessite un processus de changement de mentalité.
Notre objectif majeur est de faire respecter effectivement les droits de l’enfant à l’école en renforçant la capacité des enseignants sur la CDE pour une sensibilisation et participation inclusive de ceux-ci. Pour ce faire, l’on doit connaitre le milieu scolaire ainsi que les dix (10) principes généraux qui fondent la promotion des droits de l’enfant à l’école énumérés ci-dessous :

LES 10 PRINCIPES GENERAUX QUI FONDENT LA PROMOTION DES DROITS DE L’ENFANT A L’ECOLE.

1 Dans une école qui fait la promotion des droits de l’enfant, l’égalité, la non-discrimination, la dignité et le respect sous-tendent tous les aspects de la vie scolaire.

2 Une école qui fait la promotion des droits de l’enfant fournit un environnement d’apprentissage dans lequel tous les droits humains sont respectés.

3 Une école qui fait la promotion des droits de l’enfant est une école où l’ouverture d’esprit fait partie intégrante de la vie scolaire.

4 Une école qui fait la promotion des droits de l’enfant invite tous les membres de la communauté scolaire et particulièrement les élèves à s’investir librement, activement et pleinement dans la vie de l’école et à participer à la définition de ses politiques et pratiques.

5 Une école qui fait la promotion des droits de l’enfant veille à ce que tous les élèves disposant des informations et des ressources dont ils ont besoin pour participer pleinement à la vie scolaire.

6 Une école qui fait la promotion des droits de l’enfant respecte les principes d’équité, de responsabilité et de transparence dans l’élaboration de son programme, dans ses processus, dans ses lignes de conduite et dans ses actions.

7 Une école qui fait la promotion des droits de l’enfant protège tous les membres de la communauté scolaire particulièrement les élèves en faisant de la sécurité physique et morale la priorité et la responsabilité de tous.

8 Une école qui fait la promotion des droits de l’enfant intègre la CDE à tous les aspects de l’enseignement et à son programme.

9 Une école qui fait la promotion des droits de l’enfant s’efforce de donner aux élèves la possibilité de s’épanouir par l’éducation, notamment aux élèves marginalisés en raison de leur sexe, de leur situation ou de leur différence.

10 Une école qui fait la promotion des droits de l’enfant donne aux élèves la capacité de s’investir pleinement dans la société grâce à des échanges de connaissances, d’analyses et de savoirs, ainsi que d’agir pour bâtir un monde qui respecte, protège et met en avant les droits de l’homme.

NB : construisons des valeurs et modèles à l’école pour une paix durable en Afrique et surtout dans nos pays.

ALEXIS ADOU
Membre Fondateur du Réseau Action, Justice et Paix( RAJP)

Activités de vacances


Les parasitoses intestinales constituent un frein à la croissance de l’enfant. Dans l’optique d’endiguer ces parasites, l’ONG Plus de Vie organisera dans le courant du mois d’août à septembre des activités de déparasitage des enfants âgés de 01 à 16 ans dans quatre localités ( Nyan, Nangoniékaha, Korhogo et Ferkéssédougou) du pays.  Aussi, cette période étant les vacances scolaires, l’équipe dirigée par la directrice des programmes santé fera une sensibilisation de masse auprès de la jeunesse sur le VIH/SIDA fléau qui fait des milliers de victimes en Afrique.   IMG_2703

Emploi – France – Toutes les offres d’emploi – étudiants et développement.


Emploi – France – etudiants et développements – Responsable Administratif et Financier en CDD/CDI


Responsable Administratif et Financier en CDD/CDI

Recruitment of UN Volunteer Programme Officers (PO)


Preamble: The United Nations Volunteers (UNV) programme is the UN organization that promotes volunteerism to support peace and development worldwide. Volunteerism can transform the pace and nature of devel-opment and it benefits both society at large and the individual volunteer. UNV contributes to peace and development by advocating for volunteerism globally, encouraging partners to integrate volunteerism into development programming, and mobilizing volunteers. In most cultures volunteerism is deeply embedded in long-established, ancient traditions of sharing and support within the communities. In this context, UN Volunteers take part in various forms of volunteerism and play a role in development and peace together with co-workers, host agencies and local communi-ties. In all assignments, UN Volunteers promote volunteerism through their action and conduct. Engaging in volunteer activity can effectively and positively enrich their understanding of local and social realities, as well as create a bridge between themselves and the people in their host community. This will make the time they spend as UN Volunteers even more rewarding and productive.

1. Type of Assignment: International UN Volunteer

2. Type of Assignment Place: Multiple (family and non-family duty stations)

3. Assignment Title: UN Volunteer Programme Officer (PO)

All POs are currently international UN Volunteers and as such are offered a UN Volunteer contract. While UNV POs are locally administered by the UNDP Country Office, their scope of work and support covers the entire UN system. It is therefore, advised that UNV POs are considered to sit at the UNCT meetings as full members or observers. POs have matrixed supervision; the Portfolio Manager at UNV headquarters is the substantive and technical supervisor while the UNDP Resident Representative, UNDP Country Director or respective Deputy is the administrative and operational supervisor. Due to the expansion of duties indicated above, the PO serves in many cases as the leader in the Field Unit, administering the UN Volunteers serving in humanitarian and development Agencies with overall re-sponsibility for project management and developing programmes to promote and enable the contribution of volunteers to various development efforts. Depending on the structure and support available in each Field Unit, some smaller offices do not have Programme Assistants or Associates. In some countries that have been identified by the UN Secretary-General as integrated missions countries, UNV is con-sidering piloting the concept of UNV Integrated Field Units, where the management of the volunteers across the UN system and the positioning of the UNV programme are no longer under the responsibilities of two separate teams.

4. Duty Station: Multiple Duty Stations worldwide.

5. Duration: An initial two year contract, with possible one year extensions.

6. Expected Starting Date: To be determined

7. Host Agency/Host Institute: UNDP

8. Administrative & operational supervisor: UNDP Resident Representative, Country Director or respective Deputy.

9. Substantive & technical supervisor: Portfolio Manager, UNV HQ Bonn

10. Organizational Context/Project:
The background and main focus areas of the UNV programme in the country of assignment will be provided later based on the available vacant assignments and on the preferable duty station of candi-dates.

11. Description of tasks:
Reporting Lines:
The Programme Officer has a matrixed reporting line; while the UNDP Resident Representative, UNDP Country Director or respective Deputy is the administrative and operational supervisor, the Portfolio Manager at UNV headquarters is the substantive and technical supervisor. In close collaboration with the UNV Regional team, the Programme Officer is responsible for the following key functions:

Part I: Key Functions
I. Advocacy and Partnership Building
– Lead UNVs’ field efforts as the senior country level out-posted representative of the organiza-tion in ensuring key results and delivery of the Strategic Framework
 – Encourage national and local actors to establish a framework or volunteer infrastructure that supports volunteerism for peace and development, including the adoption of relevant policies and legislation;
- Establish, foster and maintain effective outreach and relationships, including the formali-zation of partnerships through MoUs and other exchanges of confidence such as inclu-sion in UNDAFs, with government, UN agencies, NGOs, the private sector and other relevant development agencies;
 – Establish, foster and maintain effective outreach and relationships with local civil society organizations, prioritizing those focused on volunteerism, in order to contribute to com-munity-led sustainable development in the country;
 – Prepare, disseminate and present country-specific promotional information on the mandate and work of UNV with relevant development partners and the media;
 – Strengthen and determine business intelligence related to partnerships and the promotion of volunteerism;
 – Coordinate activities and plan events, in collaboration with other agencies, for annual, national and UN-recognized international celebrations, including the International Volunteer Day (IVD).
 – Encourage and monitor serving UN Volunteers to embrace the ideals of volunteerism, act as advocates for volunteer action, and document their experiences in promoting volunteerism.

II. Programme Development and Management
– Liaise with government, bilateral donors, civil society organizations and other institutions to strengthen partnerships, develop relevant projects and mobilize sufficient resources to en-sure a sustained country presence;
 – Participate in UN thematic task forces, UN-led assessments, Programme Management Team (PMT) meetings, post conflict needs assessments, UNDAF planning processes, technical mis-sions and funding appeals to identifying opportunities for volunteerism;
Contribute substantively to project and programme development aimed at integrating vol-unteerism, specifically UNV’s array of volunteer modalities and schemes;
- Lead (and/or supervise staff) and monitor project implementation, including field mis-sions, to ensure achievement of results for which UNV is responsible and the accountable use of UNV resources;
- Maintain and act-upon up-dated knowledge on national government and UN-system develop-ment plans and policies, to ensure UNV’s strategic engagement in key development processes and activities.

III. Volunteer Mobilization and Management

– Liaise with all UN agencies in the country to ensure an understanding of UNV’s mandate and the nature of UN Volunteer assignments;
 – Maintain business intelligence on UN agencies, identifying specific entry points to diversify partnerships with the key result of increased volunteer assignments;
 – Act upon and follow-up on requests with partner agencies, and collaborate in the prepara-tion of assignment descriptions;
- Assess and report on the forecast demand for UN Volunteers in the country;
– Ensure that incoming and outgoing UN Volunteers are adequately briefed and debriefed and extend personal support and guidance to UN Volunteers serving in the country;
 – Work closely with the Field Security Officer and provide support to the UN Designated Official to ensure a detailed understanding among UN Volunteers on all security-related issues;
- Monitor the well-being and performance of serving UN Volunteers through routine field visits to their duty stations and discussions with their supervisors and counterparts;
 Lead and manage the day-to-day activities of the UNV Field Unit, including the supervision of the UN Volunteer Programme Assistant and/or any UN Volunteer or UNDP staff assigned to the Field Unit;
- Develop and manage an annual work plan, including management and reporting on UNV support funds.

Part II: Competencies and Selection Criteria
1) Core competencies – Level 3: Apply & Adapt (Recognized contributor with demon-strated ability)
– Innovation
Ability to make new and useful ideas work
– Leadership
Ability to persuade others to follow
– People Management
Ability to improve performance and satisfaction
– Communication
Ability to listen, adapt, persuade and transform
– Delivery
Ability to get things done

2) Technical competencies (Level 3: Apply & Adapt (Recognized contributor with demon-strated ability)
– Project Management
Ability to plan, organize, and control resources, procedures and protocols to achieve specific goals
– Substantive positioning of UNV
Knowledge of global institutions (such as the UN, IFIs), processes (such as G20 and various UN initia-tives), good grasp of UNV’s niche, and ability to engage and foster strong networks with those institu-tions
– Partnerships
Ability to engage with other agencies, donors, and other development stakeholders and forge produc-tive working relationships
– Results-based Management
Ability to manage programmes and projects with a strategy aimed at improved performance and de-monstrable results
– Sustainable Development
Knowledge of sustainable development concepts, principles and issues and the ability to apply to stra-tegic and/or practical situations
and/or
– Peacebuilding and Reconciliation
Ability to support peace processes to facilitate recovery and development

Recruitment Qualifications:
Education:
Master’s degree in social sciences, political science, public or business administration, economics or related fields.
Experience:
5 years of relevant professional experience and proven track record in managing and implementing development programmes or in the area of humanitarian relief or in crisis management. Work experience with the United Nations is an asset.
Language:
Fluency in English. Working knowledge of another UN language is highly desirable (e.g French, Spanish, Portuguese, Russian, Arabic).

12. Living Conditions:
This is a multiple country description of assignment for different duty stations worldwide and specific living conditions and conditions of service will be provided later based on the available vacant assign-ments and on the preferable duty station of candidates.

13. Conditions of Service:
The duration of the assignment is 24 months with possibility of extension.
A volunteer receives a Volunteer Living Allowance (VLA) which is composed of the Monthly Living Al-lowance (MLA) and a Family Allowance (FA) for those with dependents.
A Volunteer Living Allowance (VLA) is paid at the end of each month to cover housing, utilities, trans-portation, communications and other basic needs. The VLA can be computed by applying the Post-Adjustment Multiplier (PAM) to the VLA base rate of US$ 1,571. The VLA base rate is a global rate, while the PAM is country-specific and fluctuates on a monthly basis according to the cost of living. This method ensures that international UN Volunteers have comparable purchasing power at all duty stations irrespective of varying costs of living. The PAM is established by the International Civil Service Com-mission (ICSC) and is published at the beginning of every month on the ICSC website (http://icsc.un.org). For example, if the PAM for the current month in the country of assignment is 54.6%, then the VLA for that month and for that country will be US$ 1,571 x 1.546 = US$ 2,429. Moreover, to complete the monthly VLA rate, a Family Allowance (FA) is added in function of the number of recognized dependents (or: in the amount of US$ 250 if the UN Volunteer has 1 recognized dependent, and US$ 450 if the UN Volunteer has 2 or more recognized dependents). In addition, in non-family duty stations that belong to hardship categories D or E, as classified by the ICSC, international UN Volunteers receive a Well-Being Differential (WBD) on a monthly basis. The VLA and WBD taken together form the net core entitlements.
Furthermore, UN Volunteers are provided a settling-in-grant (SIG) at the start of the assignment (if the volunteer did not reside in the duty station for at least 6 months prior to taking up the assignment) and, under strict conditions, also in the event of a permanent reassignment to another duty station (duty stations can change in the course of an assignment based on operational necessity; UN Volunteers may be required to work anywhere in the area of operations of the host organization, including in remote locations). Life, health, permanent disability and malicious acts insurances are included, as well as assignment travel, annual leave, full integration in the UN security framework (including residential security reimbursements as per the local MORSS), DSA payment for official travel, periodic home visit, final repatriation travel (except in the event of a resignation within the initial contract period), and resettlement allowance for satisfactory service.
UNV will provide, together with the offer of assignment a copy of the Conditions of Service, including Code of conduct, to the successful candidate.
14. End of Assignment:
UNV Programme Officers are required to submit proper handover notes as part of their exit checklist according to the format prescribed in the Volunteer Toolkit ‘End-of-Assignment’ Handbook, section 2.11 ‘Handover Note Guidance’ to their respective PM.

15. Application process:
UNV is currently building up a Talent Pool, which includes qualified, pre-assessed and evaluated candidates earmarked to become the next generation of UNV Programme Officers. If you fulfill the requirements and are interested to apply, please follow the instructions:
If you have not yet registered in the UNV database, please apply by registering your profile at https://ereta.unv.org/html/index.php?module=myprofile Important: Once you have created your UNV account by validating your email address, please complete all sections of your profile. Go to ‘Special Recruitment’ section on the left, click on the ‘Edit’ button and select the advertisement code “16UNVPO_2” from the drop down list. Please do not forget to click the ‘Update’ button.
If you are registered in the UNV database of candidates, please update your profile at: http://MyProfile.unv.org. In the “Special Recruitment” section on the left, click on the “Edit” button and select the advertisement code “16UNVPO_2” from the drop-down list.

The application deadline is 15 August 2016. Only short-listed candidates will be contacted.

Selection process: the selection process for the Pool may include the following steps: telephone screening/video inter-viewing, technical assessments and competency based interviews. Since this process will be for a group of candidates, and not be limited to one assignment, we do expect the entire process to take up to three months. Once the Pool has been established, the UNV Programme Officer placement exercise will be conducted at least twice per year to select candidates from the pre-assessed Pool to fill vacant UNV Programme Officer positions, without further interview/selection process.
Note: Eligibility criteria for serving UN Volunteers and serving UNV Programme Officers will be com-municated separately to all UNV Field Units.
United Nations Volunteers is an equal opportunity programme which welcomes applications from qualified professionals. We are committed to achieving diversity in terms of gender, nationality and culture.

For further information about the UNV Programme Officers Pool, please visit this page: http://www.unv.org/how-to-volunteer/register-to-be-a-un-volunteer/unv-programme-officers.html

L ‘ ICTJ renforce les capacités des membres du RAJP sur les concepts du monitoring et du plaidoyer dans le cadre de la justice transitionnelle.


Dans le cadre de la réparation des victimes des crises en Côte d’Ivoire, le Centre International pour la Justice Transitionnelle (ICTJ) et le Réseau Action Justice et Paix (RAJP) ont mené une consultation régionale auprès de 125 enfants et jeunes victimes dans les régions de San Pédro, Duékoué, Korhogo, Bouaké et Abengourou. Les résultats de ces consultations ont fait objet de rédaction d’un rapport contenant les propositions de réparation faites par ces enfants et jeunes victimes consultés. Ce rapport, après l’avoir remis lors d’une cérémonie officielle au ministère de la solidarité et de l’indemnisation des victimes, a connu une large diffusion auprès de plusieurs autres ministères, d’organisations internationales (UNICEF, PNUD), des ONG Nationale et Internationale de sorte à leur exposer la situation des enfants et jeunes victimes.

Le processus suivant son cours, le RAJP et son partenaire technique l’ICTJ veulent s’engager pour faire le monitoring de la politique nationale de réparation et un plaidoyer pour une prise en compte effective des enfants et jeunes victimes dans la politique de réparation nationale.

Face à la nécessité pour les acteurs d’avoir une claire compréhension des concepts de monitoring et de plaidoyer et être en mesure de les mettre en application, l’ICTJ a organisé un atelier le mercredi 29 Juin 2016 à l’Hôtel Belle Côte (Abidjan) / Côte d’Ivoire.

Au total, 24 leaders issus des associations membres du RAJP ont pris part à cet atelier. Ce sont : l’Association des Elèves et Etudiants Musulmans de Côte d’Ivoire (AEEMCI), la Jeunesse Etudiante Catholique (JEC), les Cœurs Vaillants, Âmes Vaillantes (CVAV), l’Association des Scouts Catholiques de Côte d’Ivoire (ASC-CI) , l’Association des Enfants et Jeunes Travailleurs de Côte d’Ivoire (AEJT-CI), Association des Jeunes Unis pour la Médiatisation des Droits des enfants (AJUMED), la Confédération des Victimes de la Crise Ivoirienne (COVICI), l’Association des Jeunes Musulmans de Côte d’Ivoire (AJMCI), le Bureau Communal des Enfants (BCE), Droit des Enfants en Côte d’ivoire (DECI) et le Groupement des Enfants (GE).

L’atelier a été animé par 4 membres du staff de l’ICTJ, Messieurs Didier GBERY et Brahima BAMBA, tous deux Chargés de Programme et Mesdemoiselles Anne-Andrée AHODAN et Mireille OUATTARA, Stagiaires à ladite structure.

Le programme c’est composé de deux (02) communications dont la première portait sur le thème: « Monitoring des mécanismes de la Justice Transitionnelle », la seconde présentation a portée sur « le plaidoyer de la Justice Transitionnelle ». A l’issus des présentations, des travaux de groupe ont permis de mettre en pratique, les concepts appris.

L’organisation de cet atelier visait à aider le RAJP à établir un plan de monitoring et de plaidoyer du processus de réparation des préjudices subis par les enfants et jeunes victimes des crises en Côte d’Ivoire.

Le déroulement de l’atelier a débuté par la première communication qui fut prononcée par   M.Brahima BAMBA Chargé de Programme à ICTJ.

A l’entame, M. BAMBA a d’abord donné la définition suivante au monitoring en signifiant que c’est une opération qui consiste à suivre méticuleusement un système ou un processus en temps réel. Dans le cadre de la Justice Transitionnelle c’est le processus de la Justice Transitionnel.

L’objectif que vise le monitoring est de comparer les réalisations aux prévisions en rendant possible une mise en évidence des écarts. La mise en exécution d’un programme de monitoring exige les compétences suivantes : Indépendance et objectivité, compétence en communication, engagement, patience, éviter la confrontation, connaitre ses forces, éviter de se disperser.

Passée la première communication, les participants ont été instruits sur la second portant sur le plaidoyer. M. BAMBA Brahima dans sa communication a signifié que le plaidoyer est un processus qui consiste à utiliser stratégiquement des informations pour changer les politiques, programmes, lois et les comportements qui affectent la vie des personnes défavorisées.

En fonction de la cible, nous pouvons définir 5 types de plaidoyer. Il s’agit – du plaidoyer média – le plaidoyer centré sur les personnes – le plaidoyer législatif – le plaidoyer juridique et enfin le plaidoyer droit de l’homme. Dans un processus de plaidoyer, les étapes suivantes restent nécessaires il s’agit de : la définition de la problématique, la précision des buts et des objectifs, l’identification des groupes cibles, la consolidation de l’appui, le choix des moyens de communication et des messages clés, la levée de fonds, l’élaboration d’un plan de mise en œuvre, la collecte des données et enfin le suivi et l’évaluation.

Après les différentes communications, les participants ont constitués deux groupes de réflexion. Il s’agissait pour le groupe 1 d’identifier les outils spécifiques du monitoring et les aptitudes du RAJP à diriger un monitoring. Le groupe 2 quant à lui avait la charge de définir les outils du plaidoyer et les aptitudes du RAJP à mener un plaidoyer.

La restitution des travaux a montré que le RAJP a les aptitudes nécessaires pour méner un monitoring et faire un plaidoyer.

De ce fait, une équipe sera mise en place le plutôt possible pour l’exploitation de ces données et mettre en place un plan de suivi de la politique nationale de réparation et faire des plaidoyers pour la prise en compte effective des enfants et jeunes victimes.

Les participants dans l’ensemble ont traduit leur satisfaction au sorti de cet atelier. En effet, avant l’atelier, la plupart d’entre eux avait très peu de connaissance sur ces concepts. Après l’atelier, Ils affirment avoir renforcé leurs connaissances de base et sont aptes à mener des actions de monitoring et de plaidoyer.

Cet atelier prie ainsi fin par les mots de remerciements de M. Didier GBERY Chargé de Programme à ICTJ.

Anicet Durand OBOUE

Emploi volontaires des nations unies

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 6 375 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :