Nethumanitaires

Accueil » Actualités et informations » ALEXIS ADOU – L’IMPORTANCE CAPITALE DE LA CONVENTION RELATIVE AUX DROITS DE L’ENFANT (CDE) EN MILIEU SCOLAIRE.

ALEXIS ADOU – L’IMPORTANCE CAPITALE DE LA CONVENTION RELATIVE AUX DROITS DE L’ENFANT (CDE) EN MILIEU SCOLAIRE.

Les différentes crises et conflits qu’a connu la côte d’ivoire ont fragilisé l’éducation nationale surtout, elles ont beaucoup affecté les élèves, lycéens et étudiants qui s’y trouvent et voir même chamboulé le système éducatif ivoirien. Le Non-respect des droits élémentaires, les violences, l’ignorance du personnel éducatif et enseignant sur la question des droits de l’enfant et voir la méconnaissance du carré disciplinaire (civisme) ont développé psychologiquement et moralement des comportements qui ne laissent aucun choix aux enfants et jeunes à la recherche d’un repère dans une société en perpétuelle reconstruction due aux guerres en côte d’ivoire. C’est dans cette problématique que le COLLEGE PROSPER MERIMEE s’inscrit en mettant en place, une plate-forme d’enseignants et d’élèves qui voudraient bien participer à l’éducation d’un citoyen nouveau, modèle d’une société où la violence, le respect des droits humains, l’immoralité, les abus sexuels et biens d’autres sont leur quotidien. A travers les activités socioéducatives et culturelles animées par les clubs culturels et artistiques scolaires, celles-ci permettront à la plate-forme « Droit de l’enfant », de contribuer à la sensibilisation et aux renforcements de capacité des enseignants et élèves sur la question du respect des droits de l’enfant dans le système éducatif ivoirien par l’appui du Réseau Action, Justice et Paix (RAJP).

CONTEXTE ET JUSTIFICATION
Plus de dix ans de guerre écoulée, la Côte d’ivoire reste toujours plongée dans une société de dépravations des mœurs, de violences, de pertes des valeurs morales, de non-respect du civisme et de la citoyenneté ainsi que l’adoption d’une culture de violence, conséquences de crises passées. Au regard de tous ces tars, il est primordial de trouver une solution adéquate pour palier à la culture de violence et de non-respect des droits humains qui prend de l’ampleur dans les Universités, écoles, collèges et lycées. Aujourd’hui les élèves et étudiants non plus de repère en ce sens que les fautes graves (meurtres, viols, rébellion etc.) restent toujours impunis et sont devenus les normes d’une nation en reconstruction et qui se veut émergente d’ici 2020. Le club droit de l’homme dans ses actions, de protection des enfants et de la jeunesse compte utiliser une méthodologie flexible, efficace et pratique pour contribuer à la sensibilisation et l’éducation des droits de l’enfant au sein de son établissement qui doivent susciter des intérêts vrais et une motivation chez les jeunes élèves, décideurs de demain d’avoir un idéal de vie basé sur le respect des droits humains mais aussi créer un monde d’artisans de paix. Notre objectif majeur pour ce projet est de promouvoir et de respecter effectivement le droit de l’enfant à l’école en privilégiant un cadre de vie adéquate pour un développement harmonieux dans lequel les enfants et les jeunes sont eux même les acteurs de leur éducation. Ce projet s’inscrit dans le champ d’actions du Réseau Action, Justice et Paix (RAJP), une coalition de jeunes leaders venant de différentes organisations qui se sont donné mission pour la recherche d’une paix durable en disant « NON aux violences et aux manipulations ». Ces activités extrascolaires (chants, poème, slam, photos, films documentaires et pièces théâtrales) proposées pour le changement de mentalité, de la prise de conscience effective par les élèves, du personnel éducatif et enseignant à travers des activités de promotion et d’éducation des droits de l’enfant organisées par eux même en milieu scolaire pourront avoir un impact positif si cela est soutenu et suivi par le ministère de l’éducation nationale et par tous. Pour se faire le club droit de l’enfant avec l’appui de l’ONG, Réseau-Action, Justice & Paix (RAJP), compte ainsi inculquer de manière pratique une culture des droits de l’enfant et du jeune, de même qu’une culture entrepreneuriale et de prévention de violences au sein des établissements et universités à travers des forums d’échanges, des activités socioéducatives et culturelles. Le contexte de ce projet nécessite un processus de changement de mentalité.
Notre objectif majeur est de faire respecter effectivement les droits de l’enfant à l’école en renforçant la capacité des enseignants sur la CDE pour une sensibilisation et participation inclusive de ceux-ci. Pour ce faire, l’on doit connaitre le milieu scolaire ainsi que les dix (10) principes généraux qui fondent la promotion des droits de l’enfant à l’école énumérés ci-dessous :

LES 10 PRINCIPES GENERAUX QUI FONDENT LA PROMOTION DES DROITS DE L’ENFANT A L’ECOLE.

1 Dans une école qui fait la promotion des droits de l’enfant, l’égalité, la non-discrimination, la dignité et le respect sous-tendent tous les aspects de la vie scolaire.

2 Une école qui fait la promotion des droits de l’enfant fournit un environnement d’apprentissage dans lequel tous les droits humains sont respectés.

3 Une école qui fait la promotion des droits de l’enfant est une école où l’ouverture d’esprit fait partie intégrante de la vie scolaire.

4 Une école qui fait la promotion des droits de l’enfant invite tous les membres de la communauté scolaire et particulièrement les élèves à s’investir librement, activement et pleinement dans la vie de l’école et à participer à la définition de ses politiques et pratiques.

5 Une école qui fait la promotion des droits de l’enfant veille à ce que tous les élèves disposant des informations et des ressources dont ils ont besoin pour participer pleinement à la vie scolaire.

6 Une école qui fait la promotion des droits de l’enfant respecte les principes d’équité, de responsabilité et de transparence dans l’élaboration de son programme, dans ses processus, dans ses lignes de conduite et dans ses actions.

7 Une école qui fait la promotion des droits de l’enfant protège tous les membres de la communauté scolaire particulièrement les élèves en faisant de la sécurité physique et morale la priorité et la responsabilité de tous.

8 Une école qui fait la promotion des droits de l’enfant intègre la CDE à tous les aspects de l’enseignement et à son programme.

9 Une école qui fait la promotion des droits de l’enfant s’efforce de donner aux élèves la possibilité de s’épanouir par l’éducation, notamment aux élèves marginalisés en raison de leur sexe, de leur situation ou de leur différence.

10 Une école qui fait la promotion des droits de l’enfant donne aux élèves la capacité de s’investir pleinement dans la société grâce à des échanges de connaissances, d’analyses et de savoirs, ainsi que d’agir pour bâtir un monde qui respecte, protège et met en avant les droits de l’homme.

NB : construisons des valeurs et modèles à l’école pour une paix durable en Afrique et surtout dans nos pays.

ALEXIS ADOU
Membre Fondateur du Réseau Action, Justice et Paix( RAJP)


2 commentaires

  1. Franck IFAUCENE dit :

    Bonjour M.Alexis, En ce beau matin, après avoir lu une chapitre biblique et ensuite jetté un oeil sur mon portable pour vérifier si par hasard il n’a eu un message important pour moi.Etant tombé sur votre texte traitant de l’importance de la convention relative aux droits de l’enfant ( CDE) et après l’avoir lu, il a completer en moi tout ce dont j’ai manqué pour accepter la venu de Dieu aussi tôt. Mon chèr, entant qu’un acteur qui accepte de porter les chages des enfants, Dieu en quelque part vous ouvre dejà sa main pour amener les enfants vers lui puisque dans ses paroles, il dit » laisser venir les ebfants à moi car le royaume des cieux est à eux ». Ici en Haiti nous confrontons les mêmes problèmes à ce qui a trait au respect du droit de l’enfant surtout, des enfants vivant en domesticité soit environ 170.000 et 400.000 avec les différentes tranches d’âge.Après avoir 2078 familles et 1617 enfants, 959 étaient des enfants ne vivant pas avec leurs parents ou réprésentants légaux, et 658 vivaient au contraire avec leurs parents ou responsables légaux. Donc, je mène une bataille aussi pour que le respect du droit de l’enfant soit respecté énorment en Haiti à travers cette organisation dénommée SHEEDDO, qui travaille strictement dans l’Education, la Santé et la protection de l’Enfance. ( suivez-nous sur Facebook)

    Entre autre, je vous complimente M.Alexis pour ce vibrant texte. Que Dieu vous bénisse!!!

    Cordialement, Ifaucène Franck Coord.SHEEDDO mail: ifaufranck@gmail.com

    J'aime

  2. alexadou dit :

    merci cher frere FRANCK je pense que si nos efforts sont unis nous pourrons atteindre nos objectifs pour le bien-etre des enfants et jeunes des nos pays. Nous pouvons echanger et travailler en collaboration sur certains sujets qui nous rassemblent. portez vous bien!
    cordialement, ALEXIS ADOU mail: alexeba77@yahoo.fr

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :