Nethumanitaires

Accueil » Actualités et informations » ACTION PLAIDOYER- RAJP & ICTJ

ACTION PLAIDOYER- RAJP & ICTJ

CONSULTATIONS REGIONALES DES ENFANTS ET DES JEUNES SUR LEURS EXPERIENCES DU CONFLIT, LES MESURES DE REPARATION ET LES GARANTIES DE NON-REPETITION

La succession de crises politico-militaires en Côte d’Ivoire, a occasionné des morts par millier, brisé des vies et détruit des patrimoines publiques et privés.

Or le processus de justice transitionnelle initié  par l’Etat de Côte d’Ivoire, à travers la création des structures comme la Commission Nationale d’Enquête (CNE), la Cellule Spéciale d’Enquête et d’Instruction (CSEI), la Commission Dialogue, Vérité Et Réconciliation (CDVR), et le Programme National De Cohésion Sociale (PNCS), la Commission Nationale pour la Réconciliation et l’Indemnisation des Victimes (CONARIV) et le Ministère de la Solidarité, de la Cohésion Sociale et de l’Indemnisation des Victimes (MSCSIV) semble avoir occulté une frange de la population, non-négligeable : les enfants et les jeunes.

C’est donc dans le but de pallier cette insuffisance que le Centre International pour la Justice Transitionnelle (ICTJ) et le Réseau Action Justice et Paix (RAJP) avec un appui financier de l’Unicef ont initié un projet en vue de  la prise en compte des enfants et jeunes victimes dans le processus de réparation.

Il s’agit en effet de renforcer la participation des jeunes victimes dans le processus de réparation en côte d’ivoire en identifiant avec eux les mesures de réparation appropriées pour les enfants et jeunes victimes du conflit ivoirien.

Cela se fera, conformément aux principes fondamentaux et aux directives concernant le droit à un recours et à réparation des victimes de violations flagrantes du droit international des droits de l’homme et du Droit international humanitaire. Les instruments juridiques internationaux stipulent que les victimes de tels abus ont droit à une réparation adéquate, effective et rapide du préjudice subi. Une telle réparation pourrait comprendre à divers degrés et selon les besoins, la restitution, l’indemnisation pour dommages subis et la réadaptation physique, psychologique et statutaire. Les mesures visant à satisfaire les victimes, notamment la recherche de la vérité, la poursuite des auteurs des crimes ainsi que la cessation des violations toujours en cours représentant autant d’étapes susceptibles d’avoir un effet réparateur.

C’est donc à juste titre que l’ICTJ et le RAJP ont entrepris les consultations régionales  des enfants et jeunes victimes du conflit successivement dans les localités  de Korhogo, Bouaké, Abengourou, San-Pedro et Duékoué, en début du mois de janvier 2016.Ces consultations visent à :

– Accroître la connaissance et compréhension des participants sur les concepts de la justice transitionnelle et de la réparation.

– Aider les enfants et les jeunes victimes à formuler des mesures réparatrices réalistes et adaptées à leur situation.

Sur le terrain des opérations, les consultations sont conduites par le staff local de l’ICTJ en collaboration avec le RAJP. Ces consultations ont été précédées par l’identification des participants avec l’appui des points focaux régionaux du RAJP, des ONG et des associations locales de victimes.

On note deux (2) phases dans les consultations :

  1. Une courte formation sur le concept de justice transitionnelle et de la réparation alliant cours magistral et méthode participative.
  2. Des travaux de groupe suivis de discussions en plénière qui ont permis de relever d’abord les violences subis par les enfants et jeunes victimes dans les localités et d’identifier les conséquences de ces violences dans la vie des enfants et des jeunes victimes. Ensuite les participants ont procédé à l’identification des mesures adaptées, puis enfin le recensement des moyens et stratégies de plaidoyer pour renforcer la prise en compte de leurs recommandations.

Au terme de ces consultations se sont :

– Cent vingt-cinq(125) leaders d’enfants et jeunes victimes qui ont été formés sur les concepts de la justice transitionnelle et le concept de réparation.

– Environ 74% des participants sont des victimes du conflit.

– 97% des participants sont satisfaits des consultations.

– Les participants ont formulé des mesures de réparations tenant compte des ressources disponibles et adaptées à la situation et aux besoins des enfants et jeunes victimes.

Toutes ces mesures de réparations formulées par les enfants eux-mêmes ont été consignées et analysées dans un rapport intitulé RAPPORT DE RECOMMANDATIONS POUR LA REPARATION DES ENFANTS ET JEUNES VICTIMES DE LA CRISE IVOIRIENNE. Parmi ces recommandations on peut citer entre autres une pension mensuelle pour les orphelins mineurs, une indemnisation unique assortie d’autres mesures holistiques pour les enfants et jeunes victimes de violences physiques ayant entrainé des stigmates graves, une prise en charge psychosociale adéquate et adaptée pour tous les enfants et jeunes victimes, des soins de santé délivrés par des médecins pédiatres, des prothèses adaptées à leur âge et taille pour les enfants mutilés. Les jeunes victimes ont également recommandé que l’accès à l’éducation soient facilité à ceux d’entre eux qui éprouvent des difficultés à financer leur scolarité par l’octroi de bons d’études ou de prises en charge scolaires. Quant à ceux qui ont dû abandonner le chemin de l’école il a été recommandé qu’il leur soit permis de bénéficier de formation professionnelle communautaire par le biais des maitres artisans. Enfin pour renforcer les garanties de non répétition des violences, les jeunes victimes ont recommandé la mise en place de cellules de médiations et des cadres de dialogues permanents inter-jeunes au niveau local et que des excuses soient publiquement prononcées par le gouvernement, les acteurs politiques ivoiriens et les leaders adultes pour le recrutement forcé des enfants et la manipulation des groupes de jeunes, massivement utilisés durant le conflit pour des raisons politiques.

GE DIGITAL CAMERA

Une fois la rédaction du rapport achevée, Un atelier réunissant plus de 30 jeunes ayant pris part aux consultations dans les régions, a été organisé à Abidjan pour la validation dudit rapport. Cet atelier a été l’opportunité pour les jeunes victimes consultées de faire des amendements, observations et critiques sur le document.

Dans l’optique d’accroitre les chances de voir leurs recommandations prises en compte et mises en œuvre par les autorités ivoiriennes, le RAJP, toujours bénéficiant de l’appui de l’ICTJ, a, au cours de réunions bilatérales tenues avec des décideurs politiques (y compris la CONARIV et le Ministère de la Solidarité, de la Cohésion Sociale et de l’Indemnisation des Victimes), des membres de la communauté diplomatique, des associations de victimes, des Organisations de défense des droits de l’Homme et des associations et ONG d’aide à l’enfance, mené des actions de plaidoyer en faveur de la prise en considération de ces recommandations dans la politique nationale de réparation et leur mise en œuvre effective.

Toujours dans l’optique d’encourager les autorités en charge des réparations à tenir compte des besoins spécifiques des enfants et jeunes victimes dans le processus de réparation des victimes des crises ivoiriennes,  le RAJP a organisé une cérémonie dénommée cérémonie culturelle pour la réparation des enfants et jeunes victimes. Cette activité qui clôturait le projet de mise en place d’activités de dialogues communautaires avec le RAJP a été une opportunité de plaidoyer pour la prise en compte effective des recommandations par les autorités en charge de la mise en œuvre des réparations. Au cours de la cérémonie qui a rassemblé XXX personnes, le rapport de recommandations pour la réparation des enfants et jeunes victimes a été officiellement remis au représentant de la Ministre de la Solidarité, de la Cohésion Sociale et de l’Indemnisation des Victimes.

Au terme des activités du projet, l’on relève que la plupart des recommandations faites par les enfants et jeunes victimes ont été prises en compte par la politique de réparation proposée par la CONARIV, notamment :

  • Un suivi spécial pour les enfants victimes vivant avec le VIH-SIDA
  • Une prise en charge médicale et psychologique des enfants victimes de viols et d’autres exactions
  • Une prise en charge médicale et psychologique des enfants issus de viol et vivants avec le VIH-SIDA
  • Des bons de prise en charge scolaire pour les orphelins mineurs
  • L’application de la loi N°2014-134 du 24 mars 2014 portant statut de pupilles de la nation et la loi N°2015-539 du 20 juillet 2015 portant statut de pupilles de l’Etat
  • Prise en charge médicale avec fourniture d’un appareillage adéquat etc.
  • Une indemnisation variant en fonction de l’Incapacité Permanente et Partielle avec une majoration de 10 à 20% pour les femmes, les enfants et les personnes handicapées et les personnes du 3ème âge…

 

NB : ensemble pour la prise en compte effective des enfants et jeunes victimes des atrocités des différentes crises en Côte d’ivoire et voir l’Afrique.

                                                                                                               ALEXIS ADOU, RAJP-CI

 


Un commentaire

  1. sidiki dit :

    Je pense que ce genre d’initiative est à encourager de la part des organisations non gouvernementales. Car pour éviter d’éventuels conflits et préserver une paix durable, l’idéal est de toucher la sensibilité des couches les plus vulnérables.

    En effet les jeunes et les enfants sont des acteurs qui pendant les conflits peuvent jouer un rôle de premier ordre ou être les victimes les plus affectées. Mais quand cette franche de la population dans un pays est mieux informé sur les méfaits des conflits, elle pourra fournir des citoyens de demain mûrs et responsables.

    C’est pourquoi, je réitère que cette rencontre régionale vient à point nommé conformément à la logique d’accompagnement des acteurs impliqués dans le changement de comportement.

    En outre c’est démontré que si nous voulons un avenir meilleur pour les générations futures, débarrassé de tous les maux et crises qui peuvent affecter le développement harmonieux et durable pour tous les citoyennes et citoyens, il est important de préparer la jeunesse à des prises de décisions responsables et conscientes.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :