Nethumanitaires

Accueil » Actualités et informations » Réflexion sur la problématique de l’ouverture des frontières aux migrants et demandeurs d’asile

Réflexion sur la problématique de l’ouverture des frontières aux migrants et demandeurs d’asile

Ce qui suit est juste le fruit d’une réflexion standard et généralisée sur la problématique de l’ouverture des frontières aux migrants et demandeurs d’asile.
L’entrée de l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) dans le système des Nations Unies lors du Sommet de New York du 19 septembre 2016 apparait, comme une bouffée d’oxygène pour la communauté humanitaire en ce sens qu’elle sera doté d’un véritable mandat comme sa sœur le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés, avec un traité universellement contraignant sur lequel reposera ses interventions humanitaires. Elle ne se contentera plus de mener des programmes de rapatriement volontaire sous l’effet des ‘pressions et des intérêts de certains de ses membres et contributeurs’.
Les questions liées à la migration et à l’établissement de solides bases juridiques visant à encadrer les droits et devoirs des migrants et demandeurs d’Asile regorgent des enjeux pluridimensionnels touchant par ce fait la dimension politique, économique, sécuritaire et même environnementale.
Sur le plan sécuritaire, soulignons ici le climat de forte réticence de certains pays occidentaux à l’ouverture des barrières aux migrants et demandeurs d’asile, fondé sur la crainte d’infiltration des individus ayant des liens étroits avec des mouvements terroristes. Le renforcement des contrôles frontaliers témoigne cet aspect de chose.
Sur le plan économique, les statistiques relativement médiocres en terme du pourcentage d’individus ayant un emploi, du taux de chômage, du pouvoir d’achat de la population, du niveau de vie sans oublier le produit national brut du pays qui peut être en récession en ce moment. On comprend donc à cet effet que la principale préoccupation des gouvernements serait dans un premier plan la recherche des stratégies de financement de leur croissance économique et non l’ouverture des frontières à des individus d’horizons divers qui auront sans doute un poids considérable sur l’économie nationale.
Sur le plan politique, l’instrumentalisation de la question des migrants par les pouvoirs publics sers d’alibi pour le renforcement d’une idéologie nationalisme à caractère xénophobe. Ceci se caractériserait par l’acceptation des migrants de certaines nationalités et le refus d’autres.
Sur le plan environnemental, le trop plein de population constitue une cause de pollution atmosphérique surtout lorsqu’il n’y’a pas suffisamment de réserves d’espaces verts sur un territoire donné. Notons qu’il est un fait scientifique indéniable, plus la population augmente, plus le taux d’oxygène s’amenuise proportionnellement au rejet des gaz résultant de la respiration.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :