Nethumanitaires

Accueil » Posts tagged 'Actualité'

Archives de Tag: Actualité

Suivez nous sur notre page facebook associationshumanitaires.nethumanitaires.fr


Bonjour tout le monde.

Nous venons d’ouvrir notre page facebook ici

Rejoigniez nous ! un groupe a été crée aussi pour les associations humanitaires bénéficiant des applications smartphones.

Welcome !

Adour-Garonne 2017 – Participez aux Trophées de l’eau


Tous aquacitoyens !

Cette année, le thème du concours est : l’aquacitoyenneté. Il s’agit de produire une œuvre percutante, convaincante qui, tant sur le fond que sur la forme, interpelle, transmet un message. Les œuvres devront s’adresser à tous les citoyens du bassin Adour-Garonne pour faire la promotion de l’aquacitoyenneté et ainsi mobiliser autour de la protection de l’eau.

Comment participer ?

Téléchargez le dossier de candidature qui contient les informations essentielles pour participer.

Date limite du dépôt des candidatures et des créations : 15 mars 2017

Quels sont les récompenses ?

Chaque lauréat (classe, groupe, candidat individuel) se verra attribuer une récompense financière de 1200 €. Pour les prix « jeunes », le candidat arrivé deuxième recevra une récompense de 500 €.

Relayez l’info auprès de vos contacts !

Vous comptez forcément autour de vous, parmi vos réseaux, adhérents, étudiants ou collaborateurs des personnes qui pourraient être intéressées à participer au concours. Nous vous invitons à partager cette information avec eux !

Pour faciliter les candidatures et le partage de cette information, nous vous proposons différents outils prêts à être relayés sur vos circuits d’information : liste d’envoi mail, lettre d’information, site internet, réseaux sociaux, affichages, présentoirs…

À télécharger

Une affiche format A3 et au format A4 à imprimer

Un flyer au format A6 à imprimer et photocopie

Le site des trophés
­

ALEXIS ADOU – L’IMPORTANCE CAPITALE DE LA CONVENTION RELATIVE AUX DROITS DE L’ENFANT (CDE) EN MILIEU SCOLAIRE.


Les différentes crises et conflits qu’a connu la côte d’ivoire ont fragilisé l’éducation nationale surtout, elles ont beaucoup affecté les élèves, lycéens et étudiants qui s’y trouvent et voir même chamboulé le système éducatif ivoirien. Le Non-respect des droits élémentaires, les violences, l’ignorance du personnel éducatif et enseignant sur la question des droits de l’enfant et voir la méconnaissance du carré disciplinaire (civisme) ont développé psychologiquement et moralement des comportements qui ne laissent aucun choix aux enfants et jeunes à la recherche d’un repère dans une société en perpétuelle reconstruction due aux guerres en côte d’ivoire. C’est dans cette problématique que le COLLEGE PROSPER MERIMEE s’inscrit en mettant en place, une plate-forme d’enseignants et d’élèves qui voudraient bien participer à l’éducation d’un citoyen nouveau, modèle d’une société où la violence, le respect des droits humains, l’immoralité, les abus sexuels et biens d’autres sont leur quotidien. A travers les activités socioéducatives et culturelles animées par les clubs culturels et artistiques scolaires, celles-ci permettront à la plate-forme « Droit de l’enfant », de contribuer à la sensibilisation et aux renforcements de capacité des enseignants et élèves sur la question du respect des droits de l’enfant dans le système éducatif ivoirien par l’appui du Réseau Action, Justice et Paix (RAJP).

CONTEXTE ET JUSTIFICATION
Plus de dix ans de guerre écoulée, la Côte d’ivoire reste toujours plongée dans une société de dépravations des mœurs, de violences, de pertes des valeurs morales, de non-respect du civisme et de la citoyenneté ainsi que l’adoption d’une culture de violence, conséquences de crises passées. Au regard de tous ces tars, il est primordial de trouver une solution adéquate pour palier à la culture de violence et de non-respect des droits humains qui prend de l’ampleur dans les Universités, écoles, collèges et lycées. Aujourd’hui les élèves et étudiants non plus de repère en ce sens que les fautes graves (meurtres, viols, rébellion etc.) restent toujours impunis et sont devenus les normes d’une nation en reconstruction et qui se veut émergente d’ici 2020. Le club droit de l’homme dans ses actions, de protection des enfants et de la jeunesse compte utiliser une méthodologie flexible, efficace et pratique pour contribuer à la sensibilisation et l’éducation des droits de l’enfant au sein de son établissement qui doivent susciter des intérêts vrais et une motivation chez les jeunes élèves, décideurs de demain d’avoir un idéal de vie basé sur le respect des droits humains mais aussi créer un monde d’artisans de paix. Notre objectif majeur pour ce projet est de promouvoir et de respecter effectivement le droit de l’enfant à l’école en privilégiant un cadre de vie adéquate pour un développement harmonieux dans lequel les enfants et les jeunes sont eux même les acteurs de leur éducation. Ce projet s’inscrit dans le champ d’actions du Réseau Action, Justice et Paix (RAJP), une coalition de jeunes leaders venant de différentes organisations qui se sont donné mission pour la recherche d’une paix durable en disant « NON aux violences et aux manipulations ». Ces activités extrascolaires (chants, poème, slam, photos, films documentaires et pièces théâtrales) proposées pour le changement de mentalité, de la prise de conscience effective par les élèves, du personnel éducatif et enseignant à travers des activités de promotion et d’éducation des droits de l’enfant organisées par eux même en milieu scolaire pourront avoir un impact positif si cela est soutenu et suivi par le ministère de l’éducation nationale et par tous. Pour se faire le club droit de l’enfant avec l’appui de l’ONG, Réseau-Action, Justice & Paix (RAJP), compte ainsi inculquer de manière pratique une culture des droits de l’enfant et du jeune, de même qu’une culture entrepreneuriale et de prévention de violences au sein des établissements et universités à travers des forums d’échanges, des activités socioéducatives et culturelles. Le contexte de ce projet nécessite un processus de changement de mentalité.
Notre objectif majeur est de faire respecter effectivement les droits de l’enfant à l’école en renforçant la capacité des enseignants sur la CDE pour une sensibilisation et participation inclusive de ceux-ci. Pour ce faire, l’on doit connaitre le milieu scolaire ainsi que les dix (10) principes généraux qui fondent la promotion des droits de l’enfant à l’école énumérés ci-dessous :

LES 10 PRINCIPES GENERAUX QUI FONDENT LA PROMOTION DES DROITS DE L’ENFANT A L’ECOLE.

1 Dans une école qui fait la promotion des droits de l’enfant, l’égalité, la non-discrimination, la dignité et le respect sous-tendent tous les aspects de la vie scolaire.

2 Une école qui fait la promotion des droits de l’enfant fournit un environnement d’apprentissage dans lequel tous les droits humains sont respectés.

3 Une école qui fait la promotion des droits de l’enfant est une école où l’ouverture d’esprit fait partie intégrante de la vie scolaire.

4 Une école qui fait la promotion des droits de l’enfant invite tous les membres de la communauté scolaire et particulièrement les élèves à s’investir librement, activement et pleinement dans la vie de l’école et à participer à la définition de ses politiques et pratiques.

5 Une école qui fait la promotion des droits de l’enfant veille à ce que tous les élèves disposant des informations et des ressources dont ils ont besoin pour participer pleinement à la vie scolaire.

6 Une école qui fait la promotion des droits de l’enfant respecte les principes d’équité, de responsabilité et de transparence dans l’élaboration de son programme, dans ses processus, dans ses lignes de conduite et dans ses actions.

7 Une école qui fait la promotion des droits de l’enfant protège tous les membres de la communauté scolaire particulièrement les élèves en faisant de la sécurité physique et morale la priorité et la responsabilité de tous.

8 Une école qui fait la promotion des droits de l’enfant intègre la CDE à tous les aspects de l’enseignement et à son programme.

9 Une école qui fait la promotion des droits de l’enfant s’efforce de donner aux élèves la possibilité de s’épanouir par l’éducation, notamment aux élèves marginalisés en raison de leur sexe, de leur situation ou de leur différence.

10 Une école qui fait la promotion des droits de l’enfant donne aux élèves la capacité de s’investir pleinement dans la société grâce à des échanges de connaissances, d’analyses et de savoirs, ainsi que d’agir pour bâtir un monde qui respecte, protège et met en avant les droits de l’homme.

NB : construisons des valeurs et modèles à l’école pour une paix durable en Afrique et surtout dans nos pays.

ALEXIS ADOU
Membre Fondateur du Réseau Action, Justice et Paix( RAJP)

UNmultimedia – Esclavage transatlantique : l’Assemblée générale rend hommage à la diaspora africaine


Le Président de l’Assemblée générale a estimé que tout en réfléchissant aux horreurs du passé, il importe également de faire face aux défis actuels et modernes posés par les nombreuses formes et manifestations de l’esclavage.

HRW – États-Unis : Les détenus séropositifs en Louisiane privés de soins


La Louisiane ne fournit pas de services élémentaires en matière de VIH à des milliers de détenus incarcérés dans les prisons locales, mettant en danger la santé des individus et des communautés dans lesquelles ils retournent ensuite,

Acted – En 2016, ACTED continue d’assister les réfugiés au Mali


Après une première intervention en 2015, ACTED continue d’apporter en 2016 une assistance multisectorielle aux 2200 réfugiés et 400 demandeurs d’asile à Bamako et à Faragouaran (région de Sikasso, au sud de Bamako) grâce au renouvellement de l’appui de l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR).

UNmultimedia – Près de 87 millions d’enfants âgés de moins de sept ans n’ont connu rien d’autre que le conflit, selon l’UNICEF


Les chiffres de l’UNICEF montrent que, dans le monde, un enfant sur onze âgé de six ans ou moins a passé la période la plus importante pour le développement de son cerveau dans une situation de conflit.

%d blogueurs aiment cette page :